InFOrmation syndicale

15 AVRIL À 9H30 COMMISSION ADMINISTRATIVE DE L'UNION DÉPARTEMENTALE --- 15 AU 19 AVRIL STAGE "COMITÉ SOCIAL ET ÉCONOMIQUE" --- 22 AU 24 MAI STAGE "JE NÉGOCIE" --- 28 AU 30 MAI STAGE "CONNAÎTRE SES DROITS" --- ...

08 septembre 2010

RETRAITES: GREVES ET MANIFESTATIONS LE 7 SEPTEMBRE 2010

PLUS DE 2 MILLIONS DE MANIFESTANTS EN FRANCE, 90 000 EN LOIRE ATLANTIQUE (60 000 à Nantes, 20 000 à St-Nazaire, 5 000 à Ancenis, 5 000 à Châteaubriant)


L’Assemblée Nationale examine le projet de loi portant « Réforme des Retraites ». Dans le cadre d'une procédure d'urgence, ce projet devrait être adopté le 15 septembre (et définitivement le 15 octobre après navette avec le Sénat). 

Clairement depuis le début, le gouvernement a annoncé que ce plan adopté en conseil des ministres le 13 juillet ne serait ni amendable, ni négociable sur l’essentiel, c'est-à-dire :
  • Le report à 62 ans de l’âge de départ et à 67 ans pour la suppression de la décote,
  • La poursuite de l’allongement de la durée de cotisation,
  • La réduction drastique de droits sociaux et familiaux pour les fonctionnaires et une nouvelle réduction des salaires par l’augmentation de 30% de la retenue pour pensions.
     
     CLIQUER SUR LES IMAGES
    Camarades,
    Dans ce contexte, alors que le gouvernement est particulièrement affaibli, comment est-il possible qu’il puisse imposer un projet largement rejeté ? Il suffirait pour gagner, que toutes les organisations syndicales se prononcent clairement pour le retrait du projet du gouvernement et décident d’un appel clair à la grève afin d’obtenir satisfaction.
    C’est ce que propose la Cgt-Force Ouvrière depuis plusieurs mois. C'est ce qu'expriment les centaines d'appels intersyndicaux qui se multiplient dans tout le pays depuis quelques semaines pour exiger le retrait du projet de loi. Le gouvernement arrose les banques et les spéculateurs de plusieurs centaines de milliards d'euros et il ne serait pas possible de trouver quelques milliards pour assurer le financement des retraites !?
    Pour l’instant, cette exigence de « retrait » se heurte à un refus obstiné des dirigeants de la CFDT et de la CGT qui préfèrent négocier des aménagements à la marge.
    Pour Force Ouvrière, la journée du 7 septembre ne doit pas être une nouvelle journée sans lendemain. Elle doit s’inscrire dans la perspective d’une grève générale qui bloque le pays, obligeant ainsi le gouvernement à retirer son projet. C'est la raison pour laquelle Force Ouvrière se prononce pour l’organisation d’Assemblées Générales dans les entreprises et administrations, dans le cadre intersyndical le plus large possible afin de discuter de cette perspective et ainsi préparer les conditions de la grève jusqu'au retrait.
    La confédération Cgt-Force Ouvrière prend contact à nouveau avec les autres confédérations pour proposer le retrait et la grève. Il n'y a pas d'autres alternatives possibles !
    Patrick HEBERT
    La boulette de l'intersyndicale castelbriantaise (excluant FO)

    CLIQUER SUR L'IMAGE
    ***